image01
image01
image01

 

Orane et Marta dans les étoiles 

 

Comme tous les ans, Orane et sa cousine Marta passaient une partie de l’été chez leurs grands-parents qui habitaient une maison avec un grand jardin dans lequel on pouvait jouer à tout sorte de jeux. Au ballon, au tir au pigeon, aux quilles ou faire de la balançoire ou du vélo.

 

Un soir où la lune brillait dans le ciel, elles eurent le droit de pas aller au lit comme d’habitude, car Grand’ma et Grand’pa voulaient leur montrer les étoiles. Mais pour cela il fallait attendre qu’il fasse nuit.

 

Tard dans la soirée, Orane et Marta s’allongèrent sur la grande couverture que Grand’ma avait étendu par terre et écoutaient Grand’ma et Grand’pa leur montrer les étoiles qui brillaient au-dessus d’elles.

 

«Regardez-là. C’est la planète Mars, celle qui est toute rouge. Et ici c’est l’étoile du Berger, la plus lumineuse». «On pourrait presque la toucher», dit Grand’pa en levant son bras vers le ciel.

En quelques minutes, Marta s’était endormie à côté de sa grande cousine. Puis ce fut le tour d’Orane de fermer les yeux dans les bras de Grand’ma, et bientôt tout le monde se retrouva dans son lit rêvant d’étoiles, de lune, de planète Mars et de bien d’autres noms qu’on leur avait appris.

 

Le lendemain, Orane dit à sa cousine. «Tu as entendu ce qu’a dit Grand’pa. Qu’on pourrait toucher les étoiles si on était assez haut». Ce soir on ira grimper tout en haut du grand sapin pour toucher les étoiles.

 

Le soir venu, alors que grand-ma et Grand’pa pensaient qu’elles dormaient, Orane et Marta sortirent en silence de la maison. Orane avait pris une lampe de poche pour s’éclairer et aller jusqu’au grand sapin qui est tout au fond du jardin. «J’ai peur» dit Marta, «il fait trop noir».

 

«Viens, suis-moi, n’aie pas peur» dit Orane, Puis elles montèrent de branche en branche dans le grand sapin. Mais arrivées tout en haut, même en levant le bras, elles n’arrivaient pas à toucher les étoiles.

 

En se tournant vers le bas, elle virent la maison qui leur parut toute, toute petite. Elles se mirent à appeler. «Grand’ma, Grand’pa. Au secours, on ne peut pas descendre. Au secours». Et elles se mirent à pleurer toutes les deux en se tenant très fort la main.

 

Grand’pa montât à l’arbre pour aller les chercher. «Mais quelle idée avez-vous eu de monter dans cet arbre?» demanda Grand’ma une fois tout le monde redescendu. «On voulait toucher les étoiles comme a dit Grand’pa hier» répondit Orane.

 

Le lendemain pendant l’heure de la sieste, Grand’ma collât au plafond de leur chambre une multitude de petites étoiles en papier. La nuit venue, elles brillaient tellement qu’il n’était pas utile d’allumer la petite lampe de chevet à côté des lits suspendus d’Orane et Marta.

 

Alors, Orane aidât sa cousine à monter sur son lit qui est le plus haut, et de là elles purent toucher les étoiles. Et depuis, tous les soirs, Orane et Marta touchent les étoiles en donnant à chacune d’elle un nom et bien sûr les deux plus grandes s’appellent «Étoile Marta» et «Étoile Orane».

Saint-Loup, 2018